Savez-vous parler l'enfant ?

L'arrivée massive des écrans, l'univers virtuel de la consommation instantanée et des réseaux sociaux, les familles divorcées, recomposées ou homoparentales, carrières professionnelles, généralisation des structures d'accueil de la petite enfance etc …

Forcément les nouvelles générations de parents ont besoin d'aide ! Elles se sentent dépassées, perdues et impossible de s'appuyer sur le modèle de leurs aînés et de l'éducation qu'ils ont eux-mêmes reçue !

 

Bien entendu à toute demande vient se greffer une offre. C'est la logique de même de notre société capitaliste. Les magazines de psychologie et les manuels pédagogiques viennent s'insérer aux grandes campagnes d'informations sur la santé qui remplissent déjà copieusement les rayons des librairies. Non pas que ce soit une mauvaise chose, car les avancées considérables en sciences humaines nous ouvrent toujours plus grandes les portes de la compréhension de l'être humain, mais ce que nous constatons dans la vie de tous les jours est une sorte "d'effet pervers". Tous ces conseils et recommandations rajoutent encore un peu plus de pression sur les épaules des parents en mettant la barre toujours plus haut.

Un enfant "ça" fonctionne comme "ça", et il suffit de faire "ceci" ou de le laisser faire "cela" .

Comme à chaque fois, aussi bonne que soit la théorie elle a tendance à oublier les individualités, les situations particulières (émotions du moment, histoires personnelles, modes de vie). Au final "la peur de mal faire" et la culpabilité augmentent encore les difficultés. Les parents ont besoin d'aide!

 

Les cabinets de pédopsychothérapie ne désemplissent pas. L'institution nationale est à la traîne et le personnel de l'éducation est dépassé. Les instituteurs et professionnels de la petite enfance ont besoin d'aide !

 

Cette aide ils la trouvent en orientant du mieux qu'ils peuvent les enfants en difficulté vers les structures qui leur semblent les mieux adaptées, et qui sont elles-mêmes la plupart du temps dépassées. Résultat de ce cheminement, nous recevons dans nos cabinets des enfants en souffrance aiguë, accablés de tout un tas d'étiquettes "HYPER-ceci, TDA-cela, DYS-quelque chose" auxquelles ils finissent malheureusement par s'identifier, et sont parfois déjà médicamentés quand les parents n'ont pas tiré la sonnette d'alarme. Les enfants ont besoin d'aide !

 

Et nous sommes convaincus que l'aide la plus utile n'est pas celle que le thérapeute entreprend sur le fil rouge, mais plutôt celle que nous pouvons apporter en amont, à la maison ou dans les structures éducatives. Non pas en donnant des conseils et recommandations difficilement applicables face à la spontanéité des enfants, mais plutôt en apprenant à parler leur langue, et par là les comprendre en pénétrant dans leur univers. Il s'agit vraiment d'un bouleversement de la façon traditionnelle de penser. Partant de là, nous faisons confiance en l'adulte pour gérer chaque situation particulière en fonction des événements et individualités, sans qu'il aient besoin de conseils d'experts à distance.

 

Dans le cadre de son projet de Psychodynamique Sociale, la Société Internationale de Psychanalyse Appliquée (ISAP) propose une série de tables rondes déclinées en différents chapitres qui traiteront entre autre de l'importance du jeu, la compréhension des rêves et des cauchemars, le harcèlement scolaire, la grossesse. Accueillant parents , grands-parents, professionnels de l'enfance et de la santé, étudiants et curieux.

 

 

 

 

Quiconque voudrait apprendre à parler l'enfant !

A la question comment être de bons parents ?

nous sommes obligés de rajouter "au XXIème siècle" au vu de l'évolution de la société ces dernières décennies.

Nous assistons probablement à une première dans l'histoire de l'humanité tant le bouleversement du mode de vie des générations précédentes est rapide et radical. Autant sur le plan technologique, que des structures familiales ou sociétales.